Thé vert : Une bonne prévention contre le cancer

Buvez du thé vert, et si possible buvez le Bio !D'après une étude japonaise, la consommation de quantités importantes de thé vert (au moins dix tasses par jour) diminue radicalement la progression de cancers déjà initiés : des patients atteints de cancer du poumon, gros buveurs de thé vert, vivent en moyenne trois ans de plus, pour les hommes, et huit ans et demi de plus, pour les femmes, que ceux qui en boivent moins de trois tasses par jour.?

Pensez à partager ces informations afin de lutter contre la désinformation de la mafia pharmaceutique !

Buvez du thé vert, de préférence Bio !

%PARTAGER%D'après une étude japonaise, la consommation de quantités importantes de thé vert (au moins dix tasses par jour) diminue radicalement la progression de cancers déjà initiés : des patients atteints de cancer du poumon, gros buveurs de thé vert, vivent en moyenne trois ans de plus, pour les hommes, et huit ans et demi de plus, pour les femmes, que ceux qui en boivent moins de trois tasses par jour.?

Buvez 3 à 10 tasses par jour de thé vert pour vous protéger au maximum du cancer.

Le thé est devenu en France la seconde boisson matinale, après le café. Hélas, on connaît moins le thé vert, non encore fermenté.

Le thé vert contient des catéchines, des polyphénols, des flavonoïdes, vitamines B, C et E, de l'acide butyrique R-aminé et du fluor naturel (fluorure de calcium très différent de celui des dentifrices !).

Il possède des qualités adaptogènes étonnantes : c'est un antiradicalaire majeur par ses polyphénols, catéchines ou autres flavonoïdes aux vertus antioxydantes et anticarcinogènes.

Si la théine (isomère de la caféine du café ou du maté, de la théobromine du cacao ou de la guaranine du guarana) demeure un authentique stimulant du système nerveux central (2 à 4 fois moins de caféine dans le thé que dans le café toutefois), c'est l'action angioprotectrice qui retient secondairement notre attention ici (antiagrégation plaquettaire, antihypercholestérolémique, antioxydant...).

Bon lipolytique, le thé vert est souvent associé aux régimes amin­cissants (les catécholamines accélèrent la combustion des graisses).

Les mécanismes protecteurs du thé vert.

Les effets inhibiteurs du thé vert dans sa causalité et le développement du cancer sont le résultat de plusieurs mécanismes pouvant fonctionner individuellement ou en synergie :

Le thé vert inhibe la formation de carcinogènes réactifs en bloquant certaines réactions d'oxydation produisant un ADN anormal.

Le thé vert ralentit la multiplication cellulaire, surtout celle des cellules anormales que l'on trouve généralement en début de maladie, indiquant ainsi que la croissance des cancers sera inhibée. Il inhibe la libération du TNF (Tumor Necrosis Factor) et réduit l'activité de l'ornithine décarboxylase, les biomarqueurs des cancers de l'estomac et du côlon.

Il fragmente l'ADN de la cellule cancéreuse, provoquant son apoptose (mort cellulaire programmée).

Dans le thé vert, il existe une substance inhibant une enzyme essentielle à la croissance tumorale dont la propriété est de dégrader les tissus environnants. Un représentant éminent de cette classe d'enzyme est l'urokinase, produite en quantité importante par cellule cancéreuse. Dans des expérimentations animales, en l'inhibant, on parvient à réduire les tumeurs. Le thé vert a montré une efficacité cytostatique (qui freine la multiplication cellulaire) moindre qu'un inhibiteur chimique de l'urokinase mais il peut être consommé en quantité bien plus importante sans avoir d'effet secondaire.

Les manifestations des effets préventifs ou inhibiteurs des catéchines sont : la diminution du nombre et du volume des tumeurs, la baisse de la morbidité et la prolongation de durée de vie des cancéreux.

Les polyphénols du thé vert sont actifs à tous les stades du cancer : initiation, promotion et progression. Ils ont montré des effets protecteurs vis-à-vis des cancers du poumon, du tube digestif (œsophage, estomac, intestin grêle, côlon, rectum), du pancréas, du foie, de la peau, de la prostate et du sein.

Le fait que le thé vert ne présente aucune toxicité et qu'il ait de multiples bénéfices pour la santé permet de le conseiller en boisson comme en supplémentation.

Plusieurs études confirment l'intérêt anticancéreux du thé vert :

Cancer de la prostate :

Une étude réalisée sur plus de 1 200 Canadiens, a porté sur la relation entre le cancer de la prostate, la consommation de boissons alcooliques et d'autres boissons, incluant le thé, le café et le cola. De toutes les boissons étudiées, seul le thé vert (plus de deux tasses par jour) a montré qu'il pouvait diminuer le risque de cancer de la prostate.

Cancers digestifs :

Dans une étude chinoise portant sur 930 personnes, la consommation de thé diminuait le risque de cancer du côlon, du rectum et du pancréas. Plus les gens consommaient de thé vert, plus grande étaient leur protection contre les cancers étudiés.

Dans des études menées par Roderick en Oregon, la consommation de thé vert et de thé noir inhibait la formation et le développement des premières lésions précancéreuses chez le rat. Les polyphénols du thé vert peuvent inhiber l'activité d'agents carcinogènes comme les nitrosamines, les hydrocarbures aromatiques polycycliques et les aminés hétérocycliques.

Cancer de la bouche :

l'étude de Jushi Chen (Académie chinoise de Médecine Préventive de Beijing) est la première étude à avoir démontré chez l'homme l'existence d'un lien direct entre les

effets préventifs du thé et les cancers. Pendant six mois, 59 patients atteints de lésions buccales précancéreuses ont été étudiés. Un traitement incluant un mélange de composants de thé vert et de thé noir, administré par voie orale et appliqué directement sur les lésions, a contribué à améliorer de manière importante les signes cliniques et à inhiber la prolifération des cellules précancéreuses.

Cancer du poumon :

Les fumeurs japonais réduisent leur risque de cancer du poumon de 45 % en buvant du thé vert ; cela expliquerait que le Japon ait à la fois le plus fort pourcentage de fumeurs du monde industrialisé et le plus faible taux de cancer du poumon. D'après une étude japonaise, la consommation de quantités importantes de thé vert (au moins dix tasses par jour) diminue radicalement la progression de cancers déjà initiés : des patients atteints de cancer du poumon, gros buveurs de thé vert, vivent en moyenne trois ans de plus, pour les hommes, et huit ans et demi de plus, pour les femmes, que ceux qui en boivent moins de trois tasses par jour.

Dans des études animales, les polyphénols du thé démontrent un effet inhibiteur vis-à-vis des substances carcinogènes dérivant du tabac. De plus, J. E. Klauning, un pharmacologue de l'Indiana, a révélé que la consommation de thé vert et de thé noir diminuait le stress oxydatif, particulièrement chez les fumeurs. Au cours d'une expérience, l'administration de thé vert a spontanément réduit le nombre de métastases au poumon.

On peut le prendre sous forme de gélules dosées à 400 mg :

2 gélules avant les repas.

On peut commander ces trois plantes merveilleuses au Laboratoire Aromalia.

Source : Prévenir et vaincre le cancer du Dr Jean-Pierre Willem

Accueil