Plus de détails

Etude détaillée de l'Argyrie:

Tout d'abord, il faut savoir qu'il a été démontré que l'argent colloïdal ou plutôt sous forme électro-colloïdale est tellement fin qu'il ne s'accumule pas et s'élimine rapidement des organismes, (entre 2 et 6 heures selon les avis).

Il faut également retenir que 1PPM représente 1 milligramme d'argent contenu dans 1 litre d'eau (1000 ml) (1.000.000 mg). 1 milligramme (mg) = 0,000 001 kg . Soit 1 ppm = 1mg = 0,0001g par litre. La dose absorbée pour 1L de solution à 15 ppm représente donc 0,0015g.

Une fois cela dit nous pouvons mieux comprendre les faits suivants :

Les effets néfastes chez l'homme dû à l'ingestion d'argent est une maladie appelée «argyrie», pathologie bénigne mais permanente, qui se traduit par une coloration gris-bleue de la peau. L'argyrie est le résultat du dépôt de l'argent dans le derme et aussi de la production induite par l'argent de la mélanine.

Bien que l'argent a été démontré de façon uniforme déposé dans les zones exposées et non exposées, l'augmentation de la pigmentation devient plus prononcée dans les zones exposées au soleil en raison de la réduction photo-active du métal.

Bien que le dépôt d'argent est permanent, il n'est pas associé à des effets néfastes sur la santé.

Aucune pathologie ou réaction inflammatoire n'a été rapportée à la suite d'un dépôt d'argent. Les composés d'argent ont été utilisés à des fins médicales depuis des siècles.

Il est largement considéré que, pendant le Moyen Age, la classe supérieure utilisait des ustensiles en argent et des gobelets en argent. Cela auraient contribué à une teinte bleuâtre de la peau, d'où l'expression «sang-bleu». De même, l'expression «être né avec une cuillère en argent dans la bouche» a été inventée à cette époque pour la même raison, comme un attribut pour décrire le bonheur d'être en bonne santé plus que d'être riche. Les sang-bleu furent beaucoup moins touchés par les fléaux pandémiques qui touchèrent l'Europe durant cette période.

Au dix-neuvième et début du XXe siècle, l'arsphénamine d'argent a été utilisé dans le traitement de la syphilis et, plus récemment, il a été utilisé comme astringent dans les préparations topiques.

Alors que les cas d'argyrie ont été observés le plus souvent avant l'apparition des antibiotiques, ils sont, à l'heure actuel, très rares. Greene et Su (1987) ont publié un avis d'argyrie.

Gaule et Staud (1935) ont signalé 70 cas d'argyrie généralisée dû à l'argent et de médicaments biologiques, y compris 13 cas d'argyrie généralisée après l'injection d'argent par voie intraveineuse et un traitement arsphénamine, une analyse biospectrométrique de 10 cas d'argyrie généralisée classés en fonction de la quantité d'argent.

Dans l'étude IV, les données ont été présentées pour dix hommes (23-64 ans) et deux femmes (23 et 49 ans) à qui on a administré 31-100 injections d'arsphénamine argent (la dose totale été de 4-20 g) au cours d'une période de 9,75 années.

L'argyrie est apparue après une dose totale de 4, 7 ou 8 g chez certains patients, alors que chez d'autres, l'argyrie ne s'est développée qu'après une dose totale de 10, 15 ou 20 g.

Dans l'analyse biospectrométrique des biopsies cutanées de 10 cas d'argyrie généralisée, les auteurs ont confirmé que le degré de la coloration est directement tributaire de la quantité d'argent. Les auteurs ont conclu que l'argyrie peut devenir cliniquement apparente après une dose totale cumulée d'environ 8 g d'arsphénamine argent.

La pharmacologie de l'argent a la même conclusion. La dose d'accumulation totale de 8 g d'arsphénamine argent est la limite au-delà de laquelle peut se développer l'argyrie (Hill et Pillsbury, 1939). Mais, puisque le corps accumule l'argent tout au long de la vie, il est théoriquement possible que des doses inférieures (par exemple, 4g d'argent arsphénamine ) causent l'argyrie.

Par conséquent, selon les cas présentés dans cette étude, la dose la plus faible entraînant l'argyrie chez un patient est de 1 g d'argent métallique (4g arsphénamine argent g x 0,23, la fraction de l'argent dans arsphénamine d'argent) ce qui est considéré comme un niveau minimal.

Les Drs Blumberg et Carey (1934) ont rapporté que l'argyrie est une maladie chronique (parfois sur plus de 15 ans). Ils ont observé l'argyrie chez une femme de 33 kg, qui avait ingéré des gélules contenant du nitrate d'argent sur une période de 1 an. La patiente a signalé l'ingestion de 16 mg de nitrate d'argent trois fois par jour une semaine sur deux.

Une analyse spectrographique des échantillons de sang ont révélé un niveau d'argent du sang de 0,5 mg / L 1 semaine après l'ingestion de capsules de nitrate d'argent et il y avait seulement une légère baisse de ce niveau après 3 mois.

(1980), L'argyrie a été diagnostiqué chez une femme de 47 ans (58,6 kg), qui avait pris de trop grandes doses orales de pastilles anti-tabac contenant de l'acétate d'argent sur une période de 2,5 ans. Aucune information n'a été fournie quant à la quantité réelle de l'argent ingérée.

Les symptômes de l'argyrie sont apparus après les 6 premiers mois de l'exposition. Après analyse des neutrons présents dans le corps de cette femme, il a été estimé que la concentration de l'argent dans la peau était de 6,4g, ce qui représente une dose 8000 fois supérieure à la normale.

Dans une autre expérience de 30 semaines, le même sujet retenu 18% d'une dose unique administrés par voie orale.

Comme dans l'étude de Blumberg et Carey (1934), cette étude n'est pas apte à servir de base pour une évaluation quantitative des risques.

Il s'agit d'un rapport clinique que sur quelques patient et le montant réel de l'argent ingéré ne peut être estimée.

Retour