Les bienfaits du kombucha

Le Kombucha est une boisson populaire bienfaisante, un remède naturel obtenu en faisant fermenter du thé qui est connu depuis 2 200 ans en Chine. Le kombucha a l'aspect d'une crêpe caoutchouteuse, c'est le résultat de la symbiose de levures et de microorganismes.

Pensez à partager ces informations afin de lutter contre la désinformation de la mafia pharmaceutique !

Le Kombucha, la Boisson Santé !


Le Kombucha est une boisson populaire bienfaisante, un remède naturel obtenu en faisant fermenter du thé qui est connu depuis 2 200 ans en Chine. Le kombucha a l'aspect d'une crêpe caoutchouteuse, c'est le résultat de la symbiose de levures et de microorganismes.

Le champignon placé dans du thé vert ou noir sucré et refroidi donne au bout de 8 à 10 jours un élixir de santé fortement concentré en nutriments.

Le champignon kombucha se nourrit de sucre pour produire en échange de très précieuse substances que l'on retrouve dans la boisson obtenue: de l'acide glucoronique, de l'acide gluconique, de l'acide lactique, des vitamines, des acides aminés, des substances antibiotiques, etc. La culture du kombucha est une véritable petite usine biochimique.

Ce document expose les nombreux bienfaits du kombucha sur la santé et explique comment préparer la boisson au kombucha gratuitement. Les maladies pour lesquelles la boisson au kombucha est utilisé et appréciée y sont citées.

Depuis des ages, la médecine populaire des pays orientaux emploie un remède de bonne femme connu, de la Russie depuis la Chine, sous le nom de “petite mère japonaise”, “champignon des héros”, ou encore “champignon de longue vie” ; de par sa diffusion sur une aire géographique aussi vaste, chaque peuple, chaque culture lui a donné son nom propre, et à travers cette diversité de noms, on devine les bienfaits et l'aide qu'il fournit à ses utilisateurs.

Dans nos pays occidentaux, il est quelque peu connu sous le nom de kombucha. D'une façon plus prosaïque, on pourrait l'appeler “champignon à thé”, ce qui en dit plus long sur son application et sur sa préparation.

En Chine, le champignon à thé kombucha est consommé depuis le 2ème siècle avant Jésus-Christ, soit depuis 2200 ans, dans le but d'obtenir l'immortalité. Staline en faisait usage. L'ancien président des Etats-Unis Ronald Reagan l'aurait reçu en cadeau des Japonais et aurait de par sa consommation tenu en échec son cancer.

Les œuvres d'Alexandre Soljenitsyne, “la Main Droite”, “le Pavillon des cancéreux”, ainsi que son autobiographie, sont également des témoignages intéressants.

L'auteur décrit comment, étant lui-même au Goulag, atteint d'un cancer à l'estomac accompagné de métastases nombreuses au poumon et au foie, il fut totalement guéri de cette situation qu'on disait irrémédiable par “un champignon qui se développe sur le thé”.

Il raconte dans « le pavillon des cancéreux » comment le personnel cancérologue d'une clinique moscovite, après avoir constaté l'amélioration de son état, était prêt à tout donner pour obtenir ce champignon merveilleux.

Aujourd'hui, nous vivons une période de re-découverte de certains remèdes naturels oubliés et de nourritures traditionnelles, en réaction aux produits industriels.

Cela peut expliquer en partie le succès grandissant et la fascination croissante qu'exerce cette boisson de santé connue sous le nom de kombucha.

Sous diverses formes, des bactéries et des levures en symbiose ont été utilisées par les anciens pour fabriquer des boissons et des aliments fermentés, pour leur bien être et leur santé, depuis des siècles et ce tout autour du monde.

Le champignon à thé connu sous le nom de kombucha est un bel exemple de ces ensembles symbiotiques de bactéries et de levures. Originaire de l'Asie de l'Est, il est apparu en Allemagne via la Russie au début du XXème siècle, et s'est répandu progressivement dans d'autres pays.

Ce champignon ressemble à une membrane gélatineuse durcie en forme de disque ; il vit dans une solution nutritive de thé et de sucre dans laquelle il se multiplie constamment. La colonie macroscopique qu'est le champignon à thé est donc une symbiose, une communauté d'êtres vivants satisfaisant leurs besoins réciproques par leur association.

Les levures fournissent aux bactéries des substances vitales, fermentant par exemple le sucre en alcool. Quant aux bactéries, elles vont transformer l'alcool produit par les levures en acides (lactique, acétique, gluconique) et autres sous-produits organiques.

Ce faisant, elles modifient en l'acidifiant la solution de thé, et cela empêche les bactéries de la pourriture et autres moisissures de se développer. Les seuls qui peuvent survivre sont les microorganismes acido-tolérants du champignon, qui sont habitués à vivre dans un tel environnement. La symbiose réside à l'intérieur d'un solide en cellulose pure élaboré par certaines bactéries, qui est le champignon lui-même.

La boisson à la komboucha a-t-elle des effets thérapeutiques?

Il existe de nombreuses expériences sur le thé à la komboucha. Dans les pays asiatiques et en Russie, le champignon de longue vie est utilisé depuis des siècles comme moyen thérapeutique naturel avec grand succès. Outre l'utilisation comme boisson rafraîchissante, l'on peut lire dans presque tous les rapports qu'il est également utilisé comme remède thérapeutique.

L'on cite un grand nombre de maladies combattues avec succès par le thé à la komboucha, qui fit l'objet de grands éloges. Cela va de l'indisposition la plus futile à la maladie la plus grave.

Ce qui est indiqué sous "Combucha" dans le "Hagers Handbuch für die pharmaceutische Praxis" (1973, pages 254 à 256) peut vraiment se produire.

« Utilisation : En médecine populaire, pour presque toutes les maladies, comme diurétique en cas d'oedèmes, tout particulièrement contre l'artériosclérose, la goutte, la paresse intestinale et les calculs. Comme boisson rafraîchissante, et après action prolongée, comme vinaigre de table. »

Mais c est justement l'utilisation contre « presque toutes les maladies », qui repose sur la confiance, la tradition, des recommandations ou la propre expérience, que critiquent beaucoup de partisans de la médecine scientifique.
Les adeptes de la doctrine purement scientifique, qui ont appris à penser en catégories par cause et effet, utilité et dommage, pensent probablement comme le Dr. Siegwart Hermann (1929) qui décrit ses premiers contacts avec le champignon de longue vie komboucha de la fa‡on suivante:

« Il y a environ 15 ans, l'on m'envoya un "champignon" de Pologne, qui devait être identique à ce que l'on appelait la komboucha, et auquel on attribuait une formidable action thérapeutique. En dépit des forces secrètes tant vantées, ou peut-être à cause d'elles, je ne m'intéressais pas particulièrement à ce remède miracle et je laissai mourir la culture. A l'époque, j'avais un préjugé contre les «remèdes populaires »

Hermann utilise l'expression en usage à l'époque « remède miracle », de telle sorte que je dois également l'écrire en le citant. Il ne persévère pas dans son scepticisme du début. Au lieu d'un point, il place une virgule, et poursuit:

« .., ce n'est que l'étude comparative de nos médicaments et des remèdes populaires qui m'ont donné une leçon. J'ai vu que la plupart de nos précieux médicaments ont été découverts par le peuple et n'ont été ajoutés au trésor thérapeutique scientifique qu'après un usage centenaire. Il est exact que la médecine populaire renferme de nombreuses erreurs et beaucoup de superstition, dont elle ne peut se libérer que très difficilement, par manque d'une méthode scientifique critique; mais dans beaucoup de recettes et de mesures populaires, il est caché quelque chose de vrai et de bon. Les médecins populaires de tous les peuples, les bergers, les paysannes qui connaissent les plantes, les "femmes sages" de la médecine populaire germanique ont découvert la plupart des plantes médicinales et leurs effets thérapeutiques. Lorsque je me suis mis à analyser la komboucha, mon appréciation à l'époque peu positive de la médecine populaire s'est transformée radicalement. »

Il existe de nombreux travaux scientifiques sur la komboucha. Ils parlent d'une efficacité thérapeutique due aux composants acide glucidique et gluconique, acide lactique, acide acétique ainsi qu'aux vitamines vitales. Comme les recherches russes avant tout le prouvent, beaucoup de ces substances possèdent des propriétés antibiotiques et de désintoxication et jouent des rôles décisifs dans les processus biochimiques dans le corps humain.

Contrairement à beaucoup de produits pharmaceutiques avec leurs effets secondaires désagréables, les substances de la komboucha agissent sur tout le système du corps et peuvent rétablir l'état normal dans les membranes cellulaires sans effets secondaires grâce à leurs propriétés positives sur le métabolisme, permettant ainsi l'amélioration du bien-être.

Ceci est justement très important à notre époque, dans laquelle nous sommes exposés à tant d'influences controversées, que ce soit dans la nourriture (il existe entre temps environ 3000 additifs alimentaires autorisés), dans l'eau potable ou l'environnement.

Nous ne pouvons pas nous défendre contre ces influences souvent nocives, à moins de manger des aliments biologiques. Nous pouvons toutefois aider notre corps à conserver ou rétablir son état normal - bien-être et santé - en lui donnant des substances ayant un effet positif sur la santé.

Même si les préjugés contre de telles idées sont encore souvent très grands, et si tout n'a pas encore été vérifié scientifiquement, i1 existe beaucoup de médecins actifs qui se tournent, soucieux d'une médecine préventive ciblée, vers les nouveaux jugements sur l'alimentation et la physiologie concernant les substances dont nous alimentons notre organisme.

De nombreux médecins et hommes de science ont analysé l'effet du champignon de longue vie komboucha, utilisé comme remède populaire. Tout particulièrement dans les pays russes, il existe des rapports étonnants fondés scientifiquement. En ce qui concerne la littérature allemande des temps modernes, voir le chapitre "Documentation".

Il n'est naturellement pas nécessaire de lire les nombreux rapports. L'on peut également se former son avis sur la komboucha selon la devise: "Moins on en sait, plus le jugement est sûr". Mais si l'on n'ignore pas les nombreux rapports d'expériences vécues et les travaux scientifiques de la littérature mondiale, qui se fondent sur des observations longues de plusieurs décennies, l'on pourra se former un jugement propre et indépendant sur le champignon de longue vie comboucha.

Si je prends en outre en considération les divers rapports oraux, souvent incroyables d'utilisateurs de komboucha, et si je retire quelques-uns par mesure de précaution, pour parer à d'éventuelles exagérations, j'en arrive à me convaincre qu'il y a quelque chose de vrai dans les effets que l'on accorde à la boisson à la komboucha, que l'on ne peut pas simplement réduire au rang de charlatanisme.

Je considère cependant approcher beaucoup de la charlatanerie les affirmations que la komboucha fonce les cheveux gris, empêche la calvitie, guérit la cataracte et l'infarctus du myocarde, retarde la ménopause, renforce la musculature des jambes etc. La komboucha n'est pas non plus un remède universel ni un remède contre la mortalité.

Toutefois, d'autres mécanismes d'effets sont prouvés par des analyses scientifiques et par des expériences, par exemple la régulation de la flore intestinale, la fortification des cellules, la désintoxication et l'épuration, l'harmonisation du métabolisme, l'effet antibiotique, l'effet positif sur l'équilibre acidobasique. Certains effets mis au compte du champignon de longue vie doivent encore être analysés.

La komboucha est un produit naturel précieux, une boisson biologique vivante. C'est pour toute personne soucieuse de sa santé un aliment supplémentaire actif, qui contribue, en activant lentement le système de défense du corps, à préserver la santé, la bonne forme, l'activité et le bien- être. Ce n'est rien de plus, mais ce n'est rien de moins non plus! Dans ce sens, l'on peut recommander à chacun de faire la connaissance de ce champignon de longue vie nommé komboucha et de lui offrir dans son foyer la place qui lui revient.

%PARTAGER%